5 réflexes pour valoriser ton profil dans n’importe quelle industrie

Est-ce que je ne risque pas de m’enfermer en m’orientant vers ma passion ?

C’est une question que je me suis régulièrement posée lorsque j’ai eu des choix importants à faire. De la construction de mon parcours académique, à la recherche de job, j’ai souvent eu peur que le sport me ferme des portes “si jamais je voulais finalement faire autre chose”.

Et depuis ?

Depuis, j’ai compris qu’en travaillant dans une industrie qui me passionne, non seulement je m’épanouis (ce qui pourrait être une raison suffisante à elle seule) mais en plus je ne m’enferme absolument pas. Bien au contraire.

En évoluant dans un environnement qui te passionne, tu es naturellement plus curieux.se, plus enthousiaste et donc plus susceptible de développer de nouvelles aptitudes. Pour peu que tu sois proactif.ve, ta courbe d’apprentissage ne peut qu’être BOOSTée si tu aimes ton environnement de travail.

Mais le sujet du jour n’est pas là.

On est là pour s’attaquer à une croyance limitante qui te pousse à croire qu’après X années passées dans une industrie, tu ne pourras plus en changer.

Comme toute croyance limitante qui se respecte, il peut suffire de quelques conseils pour la dépasser. Et ça tombe bien, on en a justement quelques uns pour toi 😉

Que tu sois en reconversion ou au début de ta vie professionnelle, après avoir lu ça, tu n’auras plus peur de te lancer à fond dans ton industrie passion!

Prêt.e ? Go 👇

Voici les 5 réflexes pour valoriser ton profil dans n´importe quelle industrie :

1️⃣ Imagine que tu t’adresses à tes parents (ou à tes enfants ça marche aussi 👶)

No offense les parents, mais on sait que si on doit vous parler de nos métiers, on devra probablement faire attention à n’utiliser aucun terme trop technique. Sinon le risque, c’est de vous dire “Je suis Customer Success Manager dans une scale-up SaaS” … et de voir une sorte d’incompréhension mêlée à de l’inquiétude dans votre regard 🤨

L’idée de se dire “mes parents doivent pouvoir comprendre ce que je dis quand je parle de mon parcours”, c’est que si eux peuvent comprendre, tout le monde peut comprendre 😶 Pour cela, la première chose à faire, c’est de te débarrasser de tous ces termes (trop) techniques qui font pro dans ton industrie, mais te rendent incompréhensible à l’extérieur.

Le fait de vulgariser et de généraliser les mots que tu emploies pour décrire ton parcours va te rendre beaucoup plus accessible pour les recruteur.euse.s. Faire simple, c’est parfois plus compliqué, mais c’est toujours plus compréhensible.

💡 Pas d’acronymes, pas de franglais, pas de jargon technique et des phrases simples (sujet / verbe / complément).

2️⃣ Met en avant des aptitudes, et pas des compétences

Gérer une relation de partenariat entre 2 parties, c’est une aptitude, pas une compétence. Quelque chose dont tu peux te servir indépendamment du contexte, et qui t’es propre. Ce n’est pas nécessairement lié à une expérience en particulier, ni quelque chose que tu as appris. C’est quelque chose que tu as développé au fur et à mesure de ton parcours et qui est lié à ta personnalité. L’aptitude “gestion de partenariat” te permet par exemple de bosser dans la grande distribution (relation fournisseur / distributeur) comme dans le sport (relation ayant-droit / annonceur).

💡 Petit tips pour transformer tes compétences en aptitude : commence tes phrases par “je sais” + verbe. Essaye, tu verras ça marche à tous les coups. Et ça te permettra de valoriser tes aptitudes dans n’importe quel univers.

3️⃣ Essaye de trouver des parallèles avec les industries que tu connais

Un jour quelqu’un m’a dit “oui de toute manière c’est comme n’importe quelle industrie : il y a des gens qui achètent, des gens qui vendent et des intermédiaires”. No shit Sherlock 🤷‍♂️

Mais en soit, c’est vrai. Il y aura toujours des similitudes entre l’industrie que tu veux quitter et celle que tu veux rejoindre. A toi de les trouver pour jouer sur les parallèles auprès des recruteur.euse.s. En identifiant ces ressemblances, cela va même te forcer à te renseigner sur les acteurs de l’industrie passion que tu veux rejoindre, pour identifier ceux qui t’intéressent en priorité et/ou qui ont le plus besoin des aptitudes que tu as développées. D’une pierre, deux coups.

💡 Repars de ce triptyque basique : acheteurs / fournisseurs / intermédiaires pour comprendre le fonctionnement de l’industrie qui t’intéresse. Au fur et à mesure que tu te renseignes et découvres les acteurs, tu développeras une compréhension de plus en plus fine de l’industrie.

4️⃣ N’oublie pas de parler de toi

A première vue, cela peut paraître logique. Mais combien de fois on a entendu chez BOOSTje ne me reconnais pas dans mon CV”. Tout simplement parce qu’on a trop l’habitude de parler de nos expériences, et pas assez de nous-mêmes.

Si tu t’efforces de parler de toi, et pas de tes expériences (ou des organisations pour lesquelles tu as travaillées), tu te détacheras naturellement de ton industrie précédente. En plus, en parlant de toi, tu vas automatiquement parler des aptitudes que tu as développées et du rôle que tu jouais. C’est donc d’autant plus facile pour les recruteur.euse.s de mettre du concret sur ce que tu sais faire et ce que tu pourrais faire en les rejoignant.

Alors que si tu ne parles que du rôle de ton organisation, ce sera compliqué pour la personne de se projeter. Le but est donc de décrire le plus factuellement possible ce que toi tu as fait et en quoi c’est valable pour n’importe quelle industrie.

💡 Dans une vision cathédrale, commence par décrire le rôle de tes précédents employeurs dans leur écosystème en utilisant des mots simples, pour que les recruteur.euse.s puissent faire le parallèle avec leur organisation. Puis bascule très vite sur ton rôle à toi, pour qu’ils puissent faire le lien avec le job pour lequel tu candidates.

5️⃣ Explique le rôle que ta passion a joué (ou joue) dans ton parcours

💠 Si tu veux rejoindre une industrie passion

On a déjà parlé du fait que tu ne dois en aucun cas commencer tes entretiens ou tes lettres de motivation en disant que si tu souhaites rejoindre cette industrie, c’est parce que tu es passionné.e. Si tu as besoin d’une petite piqûre de rappel, ça se passe juste ici 👉 TOP 5 des choses à dire en entretien avant de parler de ta passion.

Mais ça ne veut pas dire que tu ne dois pas parler de ta passion. Bien sûr qu’elle joue un rôle important et qu’elle mérite d’être évoquée! Puisque c’est probablement elle qui te pousse à vouloir changer d’industrie. C’est donc important d’en parler, mais pas en termes génériques. Essaye plutôt d’expliquer en quoi tu vis cette passion différemment, qu’est-ce qui t’intéresse particulièrement, pourquoi tu as envie de passer de l’autre côté de la barrière (le fameux behind the scene) etc…

💠 Si tu veux valoriser un parcours dans une industrie passion pour en sortir

Je suis curieux de savoir qui osera te reprocher d’avoir suivi ta passion dans tes précédentes expériences! C’est inattaquable, et tant que tu arrives à expliquer ce que tu en as tiré, c’est une expérience comme un autre, mais avec la passion en plus. Tu pourras même valoriser une courbe d’apprentissage plus rapide (cf l’intro de l’article 👆).

Avec tout ça, j’espère que tu n’hésiteras plus à candidater dans une industrie qui te passionne (ou à te réorienter vers une industrie qui te passionne en jouant sur tes aptitudes). Parce que tu sais désormais que tu pourras toujours valoriser tes expériences dans n’importe quelle industrie.

Je te laisse avec cette conclusion : il n’y a pas de fatalité ni de déterminisme. rien n’est jamais figé, et une expérience ne t’enfermera jamais 👊

Maintenant que tu as lu tout ça, tu peux :

👉 Tagger sur mon poste LinkedIn les personnes de ton réseau qui pourraient être intéressées par cet article

👉 Suivre (si ce n’est pas déjà fait 🙄) la page BOOST sur LinkedIn pour être au courant des postes pour lesquels on recrute

A bientôt !

PE, co-founder de BOOST

Suis nous sur LinkedIn :

Co-founder de BOOST, recrutement, chasse de pépites et accompagnement de carrière dans tous les univers passions (sport, entertainment ...)

Co-founder de BOOST, recrutement, chasse de pépites et accompagnement de carrière dans tous les univers passions (sport, entertainment ...)